Allergie au chlore : symptômes et traitement

Temps de lecture : 6mn

Ah le bonheur d’être dans l’eau, la sensation d’apaisement, de sérénité qui en résulte …

Ce serait PARFAIT si tu n’avais pas le nez qui coule et la peau qui gratte PENDANT DES HEURES après avoir nagé !

QU’EST-CE QU’UNE ALLERGIE AU CHLORE ?
Les réactions allergiques au chlore peuvent être diverses et variées (irritations des voies respiratoires, des yeux, de la peau, etc …) Les manifestations peuvent intervenir dès l’entrée dans l’eau ou parfois même quelques jours après l’exposition au chlore en piscine. 

Attention !

Il faut distinguer la réelle allergie qui se traduit généralement par des réactions intenses et systématiques (plaques rouges et lésions sur la peau, crises d’asthme, nausées, maux de tête importants, …) des réactions d’intolérance dues à une surexposition au chlore.

Nous ne sommes pas tous égaux face à ces réactions, certains n’auront jamais aucun désagrément et d’autres seront incommodés dès les premières séances en piscine.

Cependant, ces réactions ne sont pas une fatalité et ne doivent pas signer un arrêt de la natation ou ta reconversion en joueur de tennis. Mireia Belmonte est allergique au chlore et asthmatique ; ce qui ne l’a pas empêchée de devenir championne olympique du 200 m papillon à Rio en 2016.

Comment atténuer ces désagréments ? Quelles solutions ? Quels traitements ? Je vais t’aider à combattre le chlore !

allergie chlore piscine

Voici tout ce que tu vas apprendre sur l’allergie au chlore :


Le chlore : bien connaître son ennemi pour mieux comprendre

A la base, le chlore est ton ami. Obligatoire dans toutes les piscines en France, il permet de garder l’eau de baignade propre de par ses effets oxydant (contre les bactéries, champignons, virus), désinfectant et algicide (contre les algues).

Le chlore est également présent dans de nombreux éléments de notre quotidien : eau du robinet, produits ménagers, antiseptiques, insecticides, peintures, médicaments, … Les personnes réellement allergiques au chlore connaissent cette liste de produits qui leur sont interdits.

Pour la majorité des personnes, le chlore est souvent accusé à tort. En réalité, ce sont les chloramines qui sont en cause.

La chloramine : plus coupable que le chlore

La chloramine est un élément dégradé du chlore : des substances volatiles s’échappent partiellement de l’eau sous forme de gaz. Les chloramines sont produites lorsque le chlore entre en contact avec des matières organiques telles que la salive, les peaux mortes, la sueur, les restes de produits cosmétiques, l’urine, … La chloramine a de nombreux effets sur l’organisme. Il peut s’agir de manifestations cutanées (démangeaisons, conjonctivites, otites, etc) ou de symptômes respiratoires (toux, irritation des voies respiratoires, éternuements, nez bouché, etc).


Les allergies respiratoires

L’influence du chlore sur des problèmes respiratoires en cas d’expositions chroniques a été confirmée par des études et reconnue (source Wikipédia). Les affections respiratoires causées par la chloramine notamment sont d’ailleurs reconnues comme maladie professionnelle par un décret datant de 2003.

Il est donc avéré qu’une exposition chronique et répétée au chlore et à ses dérivés peut entraîner des conséquences respiratoires : asthme à l’effort, toux, rhinites, irritation des voies respiratoires, crises d’éternuements, nez bouché, etc …

allergie et nez qui coule

Mais tu n’es pas condamné d’avance ! La majorité des nageurs fréquentant les piscines ne développent pas d’allergie au chlore, ni de manifestations allergiques aux chloramides ou autres dérivés du chlore.

Certains asthmatiques revendiquent même la natation comme un moyen de diminuer ou stopper la gêne respiratoire, les sifflements et la toux. Le fait de souffler dans l’eau permet également de libérer les bronches souvent encombrées en hiver.

De plus, des petites astuces peuvent permettre de diminuer l’inconfort engendré lors des séances d’entraînement en piscine.

Donc si tu prends du plaisir à nager en piscine, ne t’arrête pas et ne te focalise pas sur les éventuelles manifestations à venir (… ou pas !).

Astuces pour lutter contre les effets du chlore et des chloramides au niveau respiratoire

En revanche si tu as parfois des crises d’éternuement après un entraînement de natation ou une gêne respiratoire, pense tout d’abord à bien souffler par le nez pendant ta séance d’entraînement pour éviter au maximum de recevoir de l’eau dans les narines. Le pince-nez est, dans la grande majorité des cas, la solution qui réduit voire stoppe toute manifestation symptomatique au niveau respiratoire. Tu peux également choisir un masque de nage qui englobe le nez et les yeux.

Après être allé nager, un lavage de nez avec du sérum physiologique ou du spray nasal à l’eau de mer permettra de nettoyer tes voies respiratoires ; tout comme une marche d’une petite demi-heure pour bien t’aérer après avoir respiré toutes ces substances chimiques.

chloramine

Les allergies cutanées

Même si la détente provoquée par la pratique régulière de la natation est le meilleur remède contre le stress (je t’en parle ici) et peut permettre d’atténuer certains eczémas, le chlore et les chloramides peuvent causer des lésions sur la peau du nageur.

Le chlore provoque notamment des sécheresses cutanées qui, si elles ne sont pas compensées par une bonne hydratation de la peau, engendrent eczémas, démangeaisons et autres irritations du visage et/ou du corps.

Des désagréments au niveau des yeux et des oreilles peuvent également être ressentis tels que otites et conjonctivites. Les bouchons d’oreille et les lunettes (ou le masque de nage) sont une protection qui permettra d’atténuer les réactions allergiques.

Astuces pour lutter contre les effets du chlore et des chloramides au niveau cutané

Pour éviter les manifestations cutanées, la douche savonnée juste avant la piscine est indispensable : les chloramides étant formées à partir des résidus se trouvant sur ta peau, la douche permet de les minimiser. Pendant cette douche pense à bien humidifier tes cheveux afin qu’ils absorbent un maximum d’eau de la douche (ce qui laissera moins de place pour absorber l’eau chlorée de la piscine).

Pour protéger ta peau et tes cheveux tu peux également utiliser des crèmes barrières chlore qui forment un film de protection sur l’épiderme et les cheveux.

Après chaque séance, la douche avec savonnage et shampoing est, là également, obligatoire. Elle te permettra d’éliminer tous les résidus chimiques. Choisis plutôt du shampoing et du savon doux/neutres car la peau et les cheveux ont déjà été agressés par le chlore et autres dérivés présents dans l’eau de la piscine.

L’hydratation de la peau te permettra également de contrer fortement les effets indésirables du chlore : pense à apporter un pot de crème hydratante dans ton sac de piscine. L’aloé vera peut notamment remplir cette fonction de façon optimale car elle hydrate intensément et apaise démangeaisons et irritations.

douche savoneuse contre le chlore

Allergie au chlore : les traitements

Solutions médicales contre les effets du chlore en natation

Si tu penses présenter une allergie au chlore, il te faut aller voir ton médecin généraliste qui pourra te prescrire un traitement antihistaminique (qui permet de lutter contre les manifestations allergiques). Il s’agit en général de gouttes à prendre chaque jour et/ou de pulvérisations nasales. Si cela ne fonctionne pas, ne te décourage pas tout de suite, car il faut parfois « essayer » plusieurs traitements pour trouver celui qui te conviendra le mieux. La cétirizine, notamment (disponible en vente libre), est particulièrement efficace dans ce cas.

L’homéopathie propose aussi des solutions pour lutter contre les allergies et leurs symptômes. Renseigne-toi auprès de ton médecin homéopathe ou directement en pharmacie. Rhinites, éternuements, conjonctivites, eczéma et autres pourront être largement diminués.

Diminuer l’exposition au chlore et aux chloramides

En matière d’allergie, le meilleur traitement reste évidemment l’éviction totale de la cause de l’allergie. Si tu as la possibilité de nager en eau libre, c’est donc LA solution à tes problèmes. Malheureusement, ce n’est pas le cas de tout le monde et si tu ne peux pas éviter de nager dans une eau pleine de chlore, tu peux alors essayer de minimiser l’exposition aux chlore, chloramides et autres dérivés.

Il existe des piscines qui ont fait le choix de traitements alternatifs au chlore (le chlore y reste présent mais en quantité bien moindre). A titre d’exemple, tu trouveras, ci-dessous, une liste (non exhaustive) de piscines à l’ozone :

Si tu n’as pas non plus de piscine à l’ozone près de chez toi, il te faut alors sélectionner les piscines présentant le moins de risque de développement des chloramides : 

piscine exterieure 50m
  • piscine extérieure
  • piscine où les douches préalables et le port du bonnet sont obligatoires
  • piscine où l’eau est peu chauffée (les chloramides se développent davantage lorsque l’eau est chaude)
  • piscine bien ventilée (plafond haut, odeurs de chlore peu présentes, …)
  • évite les endroits où l’eau est en mouvement (spa, toboggans, …). En effet, même si les jacuzzis et bains bouillonnants peuvent avoir un effet relaxant sur les muscles après un entrainement, l’eau et les gaz (tels que les chloramines) y sont plus volatiles. 

Que faire en cas d’allergie au chlore ?

Précautions avant d’aller nager (douche, choix de la piscine, crème barrière au chlore, …),
Pendant l’entraînement (pince-nez ou masque, lunettes, bouchons d’oreilles, bien souffler par le nez, …)
Et enfin en aval de ta séance de natation (douche, hydratation, lavage au sérum physiologique, …).

Tu as désormais toutes les clés en mains pour ne (presque) plus souffrir du chlore et pouvoir apprécier pleinement ta séance d’entrainement natation ! Et si tu en profitais pour améliorer ta technique de crawl ? On t’aide à nager plus vite ici.

flotter sur l'eau