Statistiques Noyades en France : La pénurie de sauveteurs

Temps de lecture : 7mn

En juin dernier, le ministère des Sports, en collaboration avec le ministère des Solidarités et de la Santé, a lancé un grand plan de lutte contre les noyades.

Pourquoi la prévention des noyades est-elle devenue une priorité des pouvoirs publics ?

Découvre les statistiques de Noyades en France avec Mon Coach de Natation.


noyade en france

Les statistiques des noyades en France

En France, les noyades accidentelles sont responsables chaque année d’environ 1.000 décès et sont la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans.
Entre juin et septembre 2018 il y a eu en moyenne 3,4 décès par noyade chaque jour.

On entend par noyade le fait qu’une personne présente du liquide dans ses voies respiratoires, ce qui l’empêche de respirer.

Entre le 1er juin et le 30 septembre 2018, 30% des noyades ont été suivies de décès.

En se focalisant uniquement sur les noyades accidentelles (les noyades intentionnelles et noyades de causes indéterminées étant moins intéressantes à analyser), on constate que toutes les tranches d’âge sont concernées par les noyades :

On remarque que les jeunes enfants représentent une part très importante des noyades accidentelles ainsi que les adultes de plus de 45 ans.

On notera, qu’en dehors de la catégorie des 0-5 ans, plus on augmente en tranche d’âge, plus la part de noyades fatales augmente.

En fonction de la catégorie d’âge, le lieu de noyade diffère également. 72% des noyades ayant lieu en piscine privées familiales concernent les moins de 6 ans. Inversement, en mer, les noyades accidentelles concernent majoritairement les 65 ans et plus (37%).

Noyades en piscines privées

Analyse des chiffres depuis 2012 :

L’organisme Santé Publique France publie tous les 3 ans les résultats de la grande enquête « noyades ». Si on analyse les résultats des 3 dernières enquêtes (2018, 2015 et 2012), on constate que, quelle que soit la tranche d’âge observée, les noyades accidentelles non suivies de décès ont très largement augmenté en 2018.

Dans le même temps, les noyades accidentelles suivies de décès ont, en revanche, diminué, sauf pour les jeunes enfants.

(Graphique : Mon Coach de Natation)

De manière générale, les noyades accidentelles ont bondi de 30% par rapport à 2015.


Evolution des noyades : explications

Alors que 2015 présentait des chiffres dans la même tendance que 2012, l’année 2018 marque une
évolution exceptionnelle.

Pénurie maitre nageur

2018 : Un été très chaud

Certaines circonstances particulières de l’année 2018 peuvent expliquer ce bouleversement : l’été 2018 a notamment été classé 2ème été le plus chaud par Météo France ; logiquement, les français se sont donc davantage baigné durant ces fortes chaleurs.
D’autres explications peuvent-elles être avancées face à ce bond des noyades accidentelles ?


LES CIRCONSTANCES DE SURVENUE DES NOYADES ACCIDENTELLES

Les circonstances de survenue d’une noyade accidentelle varient en fonction de l’âge de la victime.

Toutes catégories d’âge confondues, la 1ère cause de survenue d’une noyade accidentelle est le malaise.

Ce malaise peut survenir pendant la baignade ou durant une activité liée à l’eau telle que plongée, canoë, bateau, pêche, etc.

noyades en mer

LE LIEU DES NOYADES ACCIDENTELLES

En 2018, la mer représente 44% des noyades accidentelles, c’est le principal lieu de noyade.

Malgré ce que l’on pourrait penser, les noyades accidentelles en mer se produisent en très grande majorité dans la bande des 300 mètres … c’est-à-dire dans la zone de baignade surveillée.

Pourquoi les noyades accidentelles se produisent-elles davantage lorsqu’un maître-nageur surveille la baignade ?

Statistiques Noyades France

Corrélation avec la pénurie de maîtres-nageurs

3 noyades en 1 semaine en juin 2019 sur les plages du Nord. Une personne se baignait en zone non surveillée, les 2 autres se sont noyées après 18h et donc après la période de surveillance.

Début juillet 2019, un touriste est mort noyé sur les côtes landaises. Des témoins ont prévenu les secours alors qu’il commençait à perdre pied mais la victime se trouvant dans une zone non surveillée, les secours sont arrivés trop tard.

Début octobre 2019, 3 personnes sont décédées par noyade sur les côtes de la Gironde. Le secteur n’était plus surveillé malgré la météo particulièrement clémente.

Ces quelques exemples prix au hasard de l’actualité de cet été nous prouvent que ce n’est pas la qualité de surveillance des sauveteurs (qui suivent une formation rigoureuse telle que le BNSSA qui est en cause.)

Le vrai problème de surveillance des zones de baignade est lié à une réelle pénurie des Maîtres-Nageurs.


Qui peut surveiller la baignade des lieux gratuits, autorisés et aménagés ?

Pour surveiller la baignade des lieux gratuits, il faut avoir suivi une formation et validé un examen pratique et théorique. Il peut s’agir du titre de 

  • Maître-Nageur Sauveteur (Brevet d’État d’Éducateur Sportif 1er degré Activités de la Natation ou Brevet Professionnel Activités Aquatiques
  • Nageur Sauveteur (également appelé Sauveteur Aquatique) accessible par le BNSSA

Le nombre de sauveteurs minimum nécessaires pour surveiller une zone de baignade d’accès gratuit n’est défini par aucun texte.

Une norme minimale est cependant énoncée pour l’emploi des CRS dans un arrêté ministériel du 5 juin 1974. Cet arrêté est donc souvent pris en référence (source : règlementation des baignades).


Le nombre de sauveteurs réduit au minimum.

De même, les périodes de baignade surveillée (jours dans l’année et horaires de ces journées) sont définies arbitrairement par le maire de chaque commune concernée. 

Faute de personnel qualifié suffisant, les créneaux de surveillance sont parfois réduits au strict minimum. Certaines plages ne sont sous surveillance de sauveteurs que de début juillet à fin septembre alors que la saison commence dès avril sur la plupart des littoraux avec des week-ends où les plages sont bondées de baigneurs.

De plus, les amplitudes horaires ne correspondent pas forcément aux horaires de fréquentation de nos plages. Les sauveteurs ferment généralement les postes de surveillance dès 18h alors qu’en été les touristes aiment profiter d’une baignade en fin de journée lorsque le soleil est moins fort.


Pourquoi ne pas étendre les périodes de surveillance de baignade ?

En juillet 2018, un écrit du Ministère de l’Intérieur rappelait que la mission de surveillance de la baignade n’était pas du ressort de l’Etat. La mission des CRS pourrait être amenée à évoluer afin que ceux-ci se concentrent sur leurs missions propres. 

Or, cela fait maintenant plusieurs années que le déploiement des CRS affectés à la surveillance de la baignade sur les plages est fortement réduit.

Dans le même temps, le nombre de maîtres-nageurs formés chaque année, et pouvant donc être affectés sur les plages l’été, diminue également grandement.

statistiques sauveteurs en mer

Il manquerait aujourd’hui en France environ 5 000 Maîtres-Nageurs sur un effectif total d’environ 15 000, selon le syndicat national des maîtres-nageurs sauveteurs.

Or, comme nous l’avons vu précédemment, le nombre de noyades accidentelles a bondi de 30% en 2018 suite aux fortes chaleurs. Coïncidence ?

Les étés chauds se répétant, on peut penser que ces chiffres ne feront que continuer de grimper. Les français vont davantage chercher à se baigner, quitte à choisir des zones non-surveillés ou à se baigner en dehors des horaires de surveillance.

Horaires de surveillance de plus en plus restreints suite au déficit de personnel de surveillance des baignades.


Quelles solutions pour renforcer la surveillance des baignades et diminuer les noyades accidentelles ?

Pour pallier au manque de Maîtres-Nageurs, certaines préfectures ont mis en place des dérogations permettant aux Nageurs Sauveteurs (titulaires du BNSSA) d’être seul en poste pour la surveillance des lieux de baignade payants.

Cette mesure ne peut être que temporaire car elle encouragerait les directeurs de piscine à se passer des Maîtres-Nageurs, puisqu’un Nageur Sauveteur (dont le salaire est moins élevé) peut effectuer le même travail de surveillance.

La réelle solution pour augmenter les effectifs de surveillance dans les piscines publics et sur les lieux de baignades estivaux serait de favoriser les vocations de Maître-Nageurs.


Un problème d’attractivité ?

Pour cela, une refonte totale de l’examen, et donc de la formation de Maître-Nageur permettrait de simplifier la préparation à ce titre et d’en alléger le coût.

Pour l’instant, aucune évolution n’est annoncée par l’état concernant la formation des Maîtres-Nageurs. Le gouvernement a fait le choix de mettre en place le plan « Aisance Aquatique ».

Ce plan a pour objectif d’enseigner aux enfants, dès la maternelle, les principes de base de la natation et de les familiariser avec l’eau afin d’espérer diminuer les noyades. Ce plan concernera également les adultes à partir de 2020.

Espérons que les prochains résultats d’enquête sur les noyades seront moins alarmants …