5 symptômes du SURENTRAÎNEMENT et le remède MIRACLE

symptômes surentrainements

Reste bien jusqu’à la fin de cet article, car je vais te donner une fiche récapitulative de l’ensemble des facteurs qui permettent de marquer et de détecter le surentraînement !

Le premier facteur

Et le premier facteur, qui permet de détecter ce surentraînement, eh bien, c’est la baisse des performances. Alors, tu peux le faire très facilement avec la natation, en regardant les chronos ou en course à pied et en vélo en regardant les watts que tu développes. Et en termes de performance, ça peut se traduire soit par une stagnation ou bien même carrément par une régression de tes performances. Tu vas nager beaucoup moins vite qu’il y a quelques semaines. Alors, en plus de cette baisse de performance chronométrique, eh bien, tu peux avoir également une fatigue importante qui va te contraindre, eh bien, soit a carrément stopper ta séance, en plein milieu, ou bien même après avoir fait une séance intense, eh bien, tu pourrais être victime d’une fatigue aigüe ! C’est pourquoi, tu dois être attentif à des douleurs musculaires ou articulaires qui peuvent être inhabituelles. Un symptôme courant, c’est celui d’avoir les jambes qui sont très dures et très fatiguées, très rapidement, alors que tu n’as pas fait un effort qui soit très intense.

Le deuxième facteur

Alors sans rentrer non plus dans les détails, le surentraînement, ce qu’il va engendrer, eh bien, c’est un chamboulement hormonal. Il va y avoir une sécrétion de cortisol et d’adrénaline, qui sont des hormones qui sont liées au stress. Et ces hormones, elles vont influencer sur la qualité de ton sommeil. Donc, si tu te sens stressé, eh bien, tu l’as peut-être vécu la veille des examens, c’est toujours très difficile de trouver le sommeil et souvent on dort très mal. Et donc, un bon moyen également d’identifier le surentraînement, eh bien, c’est de, si tu remarques un changement dans ton sommeil, que ce soit, par exemple, des difficultés à t’endormir, des insomnies, des réveils nocturnes ou bien même à l’opposé une hypersomnie, c’est-à-dire énormément de sommeil.

Le troisième facteur

Lorsque tu es en phase de surentraînement, eh bien, tu peux aussi avoir, à la suite de ce dérèglement hormonal, des fluctuations de poids importantes. Tu peux facilement perdre 3 ou 5 kg et, dans le sens inverse, tu peux également gagner 3 ou 5 kg. Alors, je vous vois venir, ceux qui veulent perdre du poids, je vous déconseille le surentraînement, c’est très néfaste pour votre santé !

Le quatrième facteur

Toujours à cause de tes hormones et même, c’est accentué par tes troubles du sommeil, eh bien, ce sont les changements d’humeur. Lorsque tu es fatigué et avec, et bien, ce stress qui est important, tu vas être irritable, tu vas même parfois être déprimé. Alors ces troubles de l’humeur, ils sont déjà des marqueurs importants du surentraînement, mais à un stade qui est déjà avancé.

Le cinquième facteur

C’est le marqueur le plus évident pour déceler le surentraînement, la fréquence cardiaque, c’est une variable qui est très facilement mesurable. Et si tu es sportif, eh bien, connaître ta fréquence cardiaque de repos est un élément très important et même indispensable. Puisque ta fréquence de repos va te permettre d’évaluer de manière très simple et de manière très directe ton état physique actuel. En plus, si tu ne l’as pas encore déjà vu dans le tableau de zone, je l’ai expliqué lorsqu’elle est associée à ta fréquence maximum, eh bien, tu vas pouvoir évaluer très facilement l’intensité de ton effort. Si tu as, par exemple, sur toi une montre qui mesure ta fréquence cardiaque. Et si tu es en situation de surentraînement, eh bien, ta fréquence cardiaque de repos, elle va être anormale. C’est-à-dire qu’elle va être probablement 10 ou 15 pulses au-delà de ta fréquence cardiaque normale.

Moi, par exemple, je suis à 55 pulsations par minute, lorsque je suis au repos, eh bien, si ma fréquence cardiaque au repos passait à 65 ou peut-être 70, eh bien, je m’inquiéterais, car je serais probablement en surentraînement. Cependant, il y a une autre forme de surentraînement plus avancé et à ce moment-là, ta fréquence cardiaque au lieu d’être 10 ou 15 pulses au-dessus de ta fréquence cardiaque habituelle, elle va être 10 pulses, peut-être, en dessous de ta fréquence cardiaque habituelle.

Toujours par rapport à la fréquence cardiaque, eh bien, lorsque tu es allé fort et que tu es en train de réaliser un exercice intense, en période de surentraînement, peut-être que ta fréquence cardiaque va plafonner à 80% de sa fréquence cardiaque maximale habituelle. Donc, tu peux facilement évaluer ton état physique à partir de ta fréquence cardiaque.

Attention à la paranoïa !

Si après cette vidéo, ou pendant cette vidéo, tu deviens paranoïaque et tu dis que j’ai tous les symptômes en même temps, eh bien, dans ce cas-là, je te conseille de rencontrer simplement, de consulter, un médecin, pour qu’il te donne un avis médical. Et bien entendu, si tu ne connaissais pas auparavant ta fréquence cardiaque de repos, eh bien, tu ne vas pas pouvoir l’évaluer correctement aujourd’hui. Si tu vas voir le médecin, lui ce qu’il va te faire faire, c’est un électrocardiogramme, c’est le meilleur moyen et c’est le moyen le plus fiable pour justement détecter le surentraînement.

La remède miracle est :

Et heureusement, il existe une solution pour se soigner et pour récupérer justement du surentraînement. Et cette solution miracle, c’est le repos ! Alors évidemment, selon ton stade d’entraînement, eh bien, tu vas devoir te reposer, de quelques jours et si c’est plus avancé, jusqu’à quelques semaines. Et là, quand je parle de repos, c’est complètement off ! A la suite de ça, s’en suivra une période de reprise, très progressive, avec des intensités vraiment très basses, pour te permettre, eh bien, de reprendre en douceur. Et dans cette situation, ta planification, eh bien, elle en prend un coup. Impossible pour toi, probablement, d‘atteindre les objectifs que tu t’étais fixé…

Je t’ai préparé, donc, une fiche récapitulative de tous ces symptômes, que tu vas pouvoir, eh bien, regarder tranquillement chez toi à la maison. Je t’ai ajouté même, à l’intérieur, un petit bonus pour te permettre, eh bien, d’éviter le surentraînement de manière très simple en évaluant à chaque séance l’intensité de ton exercice. Tu peux le télécharger en cliquant ici ou bien la description.

L’effet cumulé

Et finalement, j’aimerais partager avec toi quelque chose que j’ai découvert il n’y a pas si longtemps. Car, comme toi, ce qui me fait avancer dans la vie, c’est de me fixer des défis et de les relever. Et j’ai arrêté, aujourd’hui, de percevoir ma vie comme un sprint et je la perçois désormais plutôt comme un marathon, où chaque jour, j’avance dans la bonne direction et je fais un pas de plus, qui me permet de progresser ! Et ce qui me plaît énormément, c’est les séries de victoires ou les séries d’invincibilité comme à la boxe, 100 KO – 0 défaite. Eh bien là, c’est pareil, chaque jour, j’accompli quelque chose d’important pour moi et ainsi je peux prolonger, chaque jour un peu plus, les séries qui me tiennent à cœur. Et c’est pareil avec l’entraînement, après chaque séance, eh bien, j’essaye d’en retirer quelque chose de positif. Et ce n’est pas forcément d’avoir accompli 100 mètres de plus, ça peut-être d’avoir amélioré un point technique ou bien d’avoir gagné une seconde sur le 400 mètres ou encore simplement de m’être motivé à aller jusqu’à la piscine et de me mettre à l’eau, alors que je n’en avais pas vraiment envie et surtout que j’avais très peu de temps pour ça. Ainsi, je prolonge un peu plus la série chaque jour.

 

Si tu as aimé cette vidéo, abonne-toi à la chaîne Mon Coach de Natation en cliquant sur le bouton juste en dessous.

Abonnez vous

 

Pour te perfectionner encore plus en crawl, je t’ai préparé une série de 5 vidéos gratuites. Clique sur le lien pour les recevoir et les consulter. Et rejoins le club des nageurs 2.0 en t’abonnant à la chaîne !

Apprendre à nager le crawl

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.