Départ Triathlon : LA TECHNIQUE pour PERFORMER !

départ triathlon

Aujourd’hui, c’est une vidéo très spéciale. Puisque Nicolas, de Mon Coach Vélo, nous partage une de ses meilleures astuces, ou même plusieurs de ses meilleures astuces, pour bien débuter un triathlon ou un Ironman et le mettre sur des bons rails. Et puisque le départ d’un Embrunman, par exemple, est plutôt chaotique et risque d’être très déstabilisant, si c’est ton premier, je te conseille vraiment de suivre cette vidéo jusqu’au bout parce que ça va peut-être te sauver un an de préparation.

On parle notamment des techniques pour nager le crawl, qui sont un peu différentes de celles dont tu as l’habitude à l’entraînement, principalement pour te protéger lors d’un départ en triathlon qui peut être même très mouvementé lorsque tu te retrouves dans le peloton. Et si tu veux nager plus vite en crawl, tu peux télécharger, comme d’habitude, ma méthode pour progresser techniquement en crawl, soit en cliquant sur le bouton juste ici ou dans la description en dessous.

T’es prêt, c’est parti !

“par contre, je peux nager, mais je vais nager court et plutôt les coudes sortis”

Nicolas : Voilà, très clairement, en fait, si tu veux, quand tu es dans un départ où c’est serré, il faut savoir nager ou se protéger en fait. Pour se protéger, il faut nager les coudes hauts et donc nager court. Contrairement à ce que l’on va essayer de nager pour avoir un geste qui est le plus ample possible. Là, au départ, il faut avoir plutôt un mouvement court et avoir les coudes, à la limite, en water-polo. Je ne suis pas obligé de sortir ma tête de l’eau, sauf si j’ai du stress, mais il faut donc que je sache le faire à l’entraînement, je sache nager la tête hors de l’eau. Et par contre, je peux nager, mais je vais nager court et plutôt les coudes sortis. Comme ça, cela me fait une espèce de zone de sécurité.

Thomas : Oui, une zone de sécurité, une bulle de protection un peu. Et le fait de moins allonger le bras, pour ne pas se faire taper, ne pas se faire tordre les bras, on est plus fragiles, là on est quand même plus groupé, on est plus forts sur ses appuis.

“Si je sens qu’il y a du monde sur les jambes et que cela commence à essayer de me prendre, il faut que je sois capable d’accélérer les jambes”

Nicolas : Et puis voilà, si j’allonge derrière, ça laisse un long moment où il n’y a pas de protection, alors que si je suis court, il y a toujours la protection. Donc, les gens ne viendront pas s’y frotter. S’ils viennent s’y frotter, sa main se dégage toute seule. Il n’y aura pas de souci. Il faut faire aussi un peu attention au niveau des jambes. Si je sens qu’il y a du monde sur les jambes et que cela commence à essayer de me prendre, il faut que je sois capable d’accélérer les jambes, pas pour aller plus vite, mais pour pouvoir faire « tu ne vas pas m’attraper, tu ne vas pas me toucher, ou attention je suis là ! ». Donc voilà, il faut savoir un peu gérer ça, ça se travaille à l’entraînement. Très clairement, ça vaut le coup de se faire des 12m50, un peu, je me protège et après je nage normal et puis faire des choses comme ça, c’est des très bons éducatifs.

“Si je ne signale pas, que je nage bien fluide, etc. les gars arrivent, ils me posent leurs pattes dessus et je me fais écraser”

Thomas : Alors ça, c’est un super tips que vous pouvez mettre en place dès votre prochaine séance, où vous allez vous entraîner finalement à vous protéger, parce qu’en levant les coudes, ici l’objectif, c’est vraiment de protéger la tête, c’est là où t’as les lunettes, c’est là où tu es plus fragile. Donc vraiment, travaillez sur des petites séries de 12m50, ne faites pas un 400m « je me protège », faites-pas cela s’il vous plaît. Vraiment faites des petites distances, vous vous protégez. Et puis, travaillez sur la fréquence de jambes, être capable de mettre beaucoup de fréquence, parce que quand tes pieds vont très vite, il n’est pas possible de s’accrocher dessus.

Nicolas : Et puis ça signale, ces deux stratégies c’est de signaler aux autres «  hop, il y a quelqu’un donc je me dégage ».  Si je ne signale pas, que je nage bien fluide, etc. les gars arrivent, ils me posent leurs pattes dessus et je me fais écraser.

Thomas : Exactement, ne soyez pas trop doux, ne soyez pas trop délicat, soyez un peu costaud.

Nicolas : Tout à l’heure on avait l’humilité, là on a la virilité !

Thomas : C’est ça, la virilité super !

 

Je suis certain que cet article t’as plu. Il y a énormément de petites astuces techniques qui vont te permettre de réussir ton premier départ en triathlon ou en Ironman.  Si c’est le cas, en tout cas, dis-moi en commentaire si tu connaissais déjà ces techniques de Sioux ou bien si tu as déjà vécu un départ mouvementé qui t’a fait rater finalement ton triathlon.

 

Pour te perfectionner encore plus en crawl, je t’ai préparé une série de 5 vidéos gratuites, clique sur le lien pour les recevoir et les consulter. Et rejoins le club des nageurs 2.0 en t’abonnant à la chaîne !

Apprendre à nager le crawl

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*